[Presse]

Notre licencié de marque, Hubert Dupont, ancien professionnel au sein de l’équipe Ag2r la Mondiale, nous parle de sa nouvelle vie dans un entretien accordé au Progrès.

« Professionnel durant 15 ans, le Rhodanien a stoppé sa carrière en octobre 2019 et intégré en février 2020 la société matériel-vélo.com à Gleizé, comme chargé de produits dans la branche textile et équipements.

Cela fait quasiment un an qu’Hubert Dupont est « passé à autre chose ». Une transition en douceur, lui qui avait été ambulancier deux ans avant de passer pro en 2005 chez Ragt, fidèle à son image de coureur posé, réservé. Après avoir disputé sa dernière course (Tour du Piémont) le 10 octobre 2019, et effectué son jubilé le 10 novembre sur le cyclo-cross de Saint-Laurent d’Oingt, fêté par ses amis, ses coéquipiers, le staff, son patron, Vincent Lavenu, chez Ag2r la Mondiale où il aura passé 14 années depuis 2006.

Depuis février 2020, Hubert Dupont (40 ans) a intégré la société Matériel-velo.com, basée à Gleizé, spécialisé dans le vélo de route et le VTT sur le web depuis 2004 et dans 8 magasins.

« On avait déjà évoqué le sujet avec Denis Montard, que je connais depuis plus de vingt ans, comme Yan Noury, l’autre fondateur. On roulait ensemble avant que je sois pro. Je savais qu’il y aurait cette opportunité, j’ai eu le temps d’y penser, de m’y préparer. »

Le vélo pour se défouler

  Le Rhodanien voulait rester dans le milieu du vélo sans devenir directeur sportif. « J’ai beaucoup aimé ma vie de cycliste, les voyages, les hôtels, les repas avec l’ensemble de l’équipe. Mais cela a été beaucoup de sacrifices, de contraintes familiales. Je ne me voyais pas rester dans ce schéma, partir 200 jours dans l’année. C’était un peu le deal avec ma famille. »

Sans aucune nostalgie du peloton.

« Avec le recul, je me dis que j’ai bine fait d’arrêter fin 2019. J’ai pu surtout organiser mon jubilé. Si j’avais prolongé en 2020, je n’aurais pas pu le faire. Je serai parti dans l’anonymat. Ce qui me tenait à cœur, c’était de tirer un trait sur ma carrière en faisant une fête … »

Sans que le toujours licencié de l’AC Lyon-Vaise ait perdu la passion : « Je roule une fois dans le week-end, deux fois dans la semaine pendant une heure entre midi et deux. Après plus de 20 ans à faire du vélo ton métier, tu ne peux pas raccrocher comme ça. Le rythme est différent mais j’ai besoin de prendre l’air, ça me défoule. »

Il a dû s’habituer à la vie de bureau. « Je peux aller dans nos magasins, me rendre chez un fournisseur mais je suis en grande partie basé au siège à Gleizé, surtout avec la Covid-19. Je suis chargé de produits dans le secteur du textile et de tout ce qui est porté par une cycliste, (casques, chaussures, lunettes, gants). Je fais le choix des collections été et hiver, je gère les stocks, le suivi de la clientèle. Je n’ai pas énormément de recul mais malgré la situation sanitaire, je sais que nos chiffres ont été bons et que le marché du vélo se porte très bien… »

Norbert BONNET »

Propos extrait du Progrès publié le 25 janvier 2021